Voie orale

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Les anti-inflammatoires sont inappropriés pour traiter les tendinopathies en raison du caractère non inflammatoire de cette pathologie. Au contraire, pris trop précocement, ils vont nuire à la cicatrisation naturelle du tendon. Sans évoquer en détail les effets secondaires, le coût pour l'assurance maladie et leur effet nocebo important . Si ils agiront tout de même positivement sur la douleur, il faut leur préférer les antalgiques simples.

Les antalgiques

La prise de paracétamol est conseillée en cas de douleurs gênantes.

Attention, se limiter à une prise d'antalgiques revient à un « cache misère » qui n'aura aucun effet bénéfique sur le tissu tendineux. On ne guérit pas une tendinopathie avec des médicaments.

Voie cutanée

Gels anti-inflammatoires (type Voltarène)

Inappropriés pour les mêmes raisons que les anti-inflammatoires per os avec les effets secondaires en moins.

Gels régénérants

Ces gels sont théoriquement intéressants en prévention des tendinopathies. En effet ils apportent les éléments nécessaires à la régénération des tendons. Donc même si ce soin ne suffira pas à lui seul à prévenir ou guérir d'une tendinopathie, il ne pourra être que bénéfique.