Qu'est-ce qu'une tendinite ?

Etymologiquement, de par le suffixe « ite », tendinite signifie : inflammation du tendon.

Ce terme est encore aujourd'hui, le plus employé par les praticiens et par les patients, pour exprimer des souffrances tendineuses d'origine sportive, professionnelle ou autre. Pour tout savoir sur la tendinite, je vous recommande le site InfoTendinite.fr.

On sait cependant depuis quelques années que les pathologies tendineuses sont liées à un processus dégénératif et non inflammatoire. Par conséquent, tendinite est un terme inapproprié. Tendinopathie lui est préférable car il ne préjuge pas du caractère inflammatoire ou non de la pathologie.

Définition de la tendinopathie

Tendinopathie : nom générique des maladies tendineuses.

Ce terme est vague mais exact car il ne préjuge pas du caractère inflammatoire de l'atteinte tendineuse.

Le tendon est un cordon fibreux, blanc nacré à l'état physiologique et composé de tissu conjonctif dense. Mécaniquement il joue le rôle d'un « câble de transmission » des contraintes entre le muscle et le levier osseux. Le tendon a pour défaut d'être mal vascularisé, ce qui explique la fréquence des tendinopathies, la difficulté de cicatrisation, et le choix de certaines techniques thérapeutiques.

Les tendinopathies sont des pathologies de surmenage provoquées par un déséquilibre entre la résistance intrinsèque du tissu tendineux et les contraintes imposées au tendons. Le tendon est un élément anatomique relativement solide mais dont l'adaptabilité aux différentes sollicitations est plutôt lente. D'où l'importance de la notion de progressivité dans la préparation physique. De plus nous verrons que certains facteurs intrinsèques comme extrinsèques viennent altérer les tendons les rendant ainsi plus vulnérables à des activités parfois anodines.

Tous les tendons sont susceptibles d'être atteints. Certains sont plus vulnérables et plus exposés aux lésions que d'autres, en fonction des activités professionnelles et/sportives pratiquées.

Les différentes formes de tendinopathies

Plusieurs formes de pathologies tendineuses sont regroupées sous le terme de tendinopathie.

Les mécanismes pathogéniques et les localisations lésionnelles étant différents, les traitements qui en découlent ne seront pas les mêmes. Il est alors important que votre médecin donne un terme précis à votre souffrance afin d'éviter toute erreur de traitement par la suite.

La Tendinose

Atteinte dégénérative physiologique du corps du tendon (de la partie centrale du tendon). Exemple : tendinose d'achille.

L'enthèsopathie

Atteinte de l'insertion du tendon sur l'os. Exemple : épicondylalgie médiale (golf elbow).

La tenosynovite

Atteinte de la gaine synoviale du tendon. Exemple : tenosynovite du tibial postérieur.

La tenobursite

Atteinte du tendon et de sa bourse séreuse (plan de glissement entre un tendon et un autre élément anatomique). Exemple : syndrome du tractus ilio-tibial (syndrome de l'essuie glace).

La rupture ou désinsertion

Spontanée ou consécutive à une tendinose ou enthésopathie chronique. La rupture ou la désinsertion peut être partielle (> 8% des fibres atteintes) ou totale. Exemple : rupture du tendon rotulien (ligament patellaire), désinsertion du tendon du sus-épineux (coiffe des rotateurs).

La luxation tendineuse

Perte du trajet anatomique physiologique du tendon après rupture des gaines de maintien du tendon. Exemple : luxation des tendons des fibulaires.